Les inconvénients du PACS

Le pacs est très avantageux à plus d’un titre mais si certains hésitent encore à se pacser, c’est aussi parce que cet engagement légitime présente quelques inconvénients. Focus sur les inconvénients du pacs.

Le PACS, des inconvénients à avoir en tête

Le pacs peut parfois entrainer la suppression d’avantages sociaux dont disposait jusqu’alors l’un ou l’autre des deux partenaires. En effet, si vous prétendiez à une pension alimentaire ou de reversions, une allocation veuvage, de parent isolé ou de soutien familial, sachez qu’en vous pacsant, vous perdez le bénéfice de ces allocations.

Notez aussi qu’en vous pacsant et en faisant déclaration commune, vous additionnez vos deux patrimoines. Parfois, le pacs a pour conséquence de soumettre le couple à l’ISF. Si votre partenaire décède, vous ne pourrez toucher la pension de reversions de la Sécurité Sociale. Une fois pacsés, vous êtes avec votre partenaire solidaire des dettes. Si votre partenaire est étranger, ce n’est pas parce qu’il se pacse avec vous qu’il obtiendra plus rapidement son titre de séjour.

Il lui faudra attendre entre 3 et 5 ans alors que s’il se mariait avec vous, il bénéficierait automatiquement de sa carte de séjour. Autre inconvénient, si une personne seule peut adopter un enfant, ce droit n’est pas ouvert aux personnes pacsées. Concernant la parentalité, le pacs n'établit pas la filiation. Le futur papa doit reconnaitre l'enfant.

De plus, vous ne pouvez porter le nom de votre partenaire et, si vous êtes une femme, continuez à avoir le statut de mademoiselle et non de madame. En l’absence de testament en sa faveur, le survivant d’un couple pacsé n’a aucun droit de succession.